Tango-DJ-ing – mon processus d‘apprentissage

    Je suis venu à la musique en dansant. En tant que danseur, j‘écoutais cette merveilleuse musique, j‘ai commencé à acheter des CD et à un moment donné, j‘ai raccroché lors de milongas. Comme je ne parlais pas espagnol, j‘ai privilégié les qualités musicales et la facilité de danse d‘un morceau. Mon répertoire de base est l‘Epoca de Oro, pour la simple raison qu‘à cette époque, la musique atteignait une créativité et une profondeur incroyables. Les musiciens de cette époque étaient des professionnels, leur qualité et l‘intensité de leur jeu ne sont (malheureusement) plus atteintes par les orchestres d‘aujourd‘hui. Quelqu‘un l‘a exprimé ainsi: Ils regardaient les pieds des danseurs. Une expression pertinente - j‘espère que vous comprenez ce que cela signifie. Si l‘on écoute attentivement, on peut découvrir une merveilleuse richesse musicale dans les trois minutes d‘un morceau. A cela s‘est ajouté dans les années 40 l‘art de l‘expression vocale - pas étonnant que les chanteurs soient devenus la figure la plus connue d‘un orchestre. Il existe des annonces dans les journaux avec la seule photo d‘un chanteur - et le public savait immédiatement de quel orchestre il s‘agissait.

    Comme tout DJ, j‘ai fait des erreurs. L‘une de mes erreurs a été de penser que ›pour cette vieille musique grésillante avec sa réponse en fréquence limitée‹, un format à données réduites (mp3 à 160 kBit/s) était suffisant. C‘est le contraire qui s‘est produit ! J‘ai passé beaucoup de temps à corriger cette erreur. (Sur le pourquoi – voir mes contributions sur mon site web).

    Et oui - vous pouvez me réserver. Pour le DJing (direction musicale par arrangement), mais aussi pour d‘autres sujets : différentes conférences sur le développement du tango (voir aussi mes contributions sur le tango) ; les différents orchestres ; atelier de DJing de tango (ne peut être qu‘une introduction - en fait, il faudrait deux jours ou plus pour cela).





    



     

                                                                                                       



Quelle est la meilleure façon de te décrire en tant que TJ ? Une très bonne grille de questions a été utilisée par les gens au Festival de Tango à La Haye. Voici les questions et les réponses qui décrivent ce qui est important pour moi. J‘y ai légèrement ajouté.



Michael KI : Je vis à Bâle (Suisse) et je suis DJ de tango depuis un certain temps. J‘ai d‘abord entendu la merveilleuse musique de tango en tant que danseur, puis j‘ai acheté quelques CD et j‘ai mis de la musique dans différentes milongas. Mon souhait est que les danseurs quittent la milonga avec un petit sourire et peut-être un sentiment de »Dommage que ce soit déjà fini....«. J‘ai publié quelques articles sur le tango. Et cette année, j‘ai fait plusieurs émissions sur une radio locale, avec beaucoup de musique, mais aussi avec des informations sur le tango et les musiciens qui le pratiquent.



Quel est ton style de musique préféré en tant que DJ ?

Le répertoire de base est la musique de l‘Epoca de Oro (vers 1935-55), lorsque la musique a véritablement explosé en termes de richesse créative. Bien sûr, les principaux orchestres comme Di Sarli, D‘Arienzo, Troilo, Pugliese, Caló. Mais il y a tant d‘autres bons orchestres comme Pedro Laurenz, Edgardo Donato, Domingo Federico, Ricardo Tanturi - pour n‘en citer que quelques-uns... Et quelques détours vers les orchestres plus anciens et plus rythmés.



Tu danses toi-même ?

Oui, j‘ai commencé au siècle dernier ;-))



Quel a été le déclencheur pour commencer à faire du DJing ?

Je ne me souviens d‘aucun déclencheur. L‘amour de cette grande musique ?



Quelle serait, selon toi, la qualité la plus importante qu‘un DJ devrait avoir ?

Un bon sens des qualités de la musique par rapport aux danseurs.

Avec le temps, j‘ai réalisé (avec l‘aide d‘autres personnes comme Ch. Tobler) que de nombreux transferts sur CD sont assez pauvres (pour être diplomatique). C‘est pourquoi je suis toujours (encore) à la recherche de bons transferts et je fais quelques efforts de jouer les meilleures versions dans une milonga. Par exemple, pendant longtemps, il était presque impossible d‘obtenir des transferts de Troilo sans pseudo-stéréo, réverbération artificielle, écho, trop de filtrage (TMNR -Too Much Noise Reduction) et autres horreurs acoustiques. (Même chose pour Fresedo et d‘autres orchestres). Si l‘on a déjà écouté un bon repiquage d‘un disque en shellac sur une bonne chaîne hi-fi, on reconnaît ce genre de faux brillant. Le connaisseur ne veut plus boire de vin frelaté. Chaque fois que c‘est possible, je joue en plein format. Même si on ne peut pas vraiment le ›prouver‹ - l‘observation est que les danseurs sont plus détendus parce qu‘il y a moins de stress pour l‘oreille et le cerveau.



A propos des Cortinas : combien de temps, pourquoi et quel type de musique ?

Eh bien, c‘est un signe pour changer de partenaires et pour qu‘un autre orchestre joue. Je préfère une musique qui correspond à l‘énergie de la musique de tango dans son genre. Par exemple, le soft jazz ou d‘autres musiques de cette époque. Je n‘aime pas la musique bruyante qui frappe les oreilles.



Quel est ta système de listes de lecture ? Toujours le même genre, ou si tu adaptes - quand et pourquoi ?

Je suis la structure TTVTTM (ou TTVTM), avec 4 tangos et valses, mais surtout (pour des raisons compréhensibles) avec 3 milongas. Je ne le fais pas »parce que c‘est comme ça qu‘on fait en Buenos Aires«, mais parce que c‘est la façon la plus agréable pour les danseurs d‘apprécier et d‘interpréter la musique

Je prépare soigneusement les tandas pour obtenir quelque chose comme une mélodie dans un tanda. Je fais attention à ne pas faire de sauts temporels dans un tanda, comme je l‘ai malheureusement souvent entendu dans différentes milongas. Le début du Carlos di Sarli a une énergie différente que le di Sarli moyen ou de la fin. Dans la milonga, j‘adapte continuellement les tandas au flux de la danse sur la piste.



Quelqu‘un s‘approche du DJ et lui demande un morceau en particulier ? Ta réponse ?

Dans la mesure du possible, j‘essaie de satisfaire la demande et de l‘intégrer dans un tanda. Je préfère quand quelqu‘un demande un orchestre spécifique (comme Donato, Maderna ou les premiers Di Sarli). Une telle demande est plus facile à satisfaire.



Quel serait ta dernier pièce lors d‘un festival ou d‘un marathon de tango ?

Peut-être quelques Cumparsitas. Il y a tant de versions excellentes. Parfois, je joue des morceaux comme »I‘ve got to see you again« (Norah Jones) avant la fin, comme une surprise.



Si tu avais un souhait – à quel festival ou marathon aimerais-tu jouer ?   

Eh bien, je n‘ai pas de favori - je suis ouvert à toutes sortes d‘événements. La prochaine fois, je serai DJ au Ballhaus à Ulm. Après la première fois, ils m‘ont vraiment voulu pour la deuxième fois. D‘ailleurs – il est plus facile de faire de la musique lors de grands événements car de nombreux et bons danseurs maintiennent eux-mêmes l‘énergie. Il est plus difficile de créer un flux dans les petites milongas. C‘est un plus grand défi.



Entretien 08/18 (légèrement modifié)

Lebenserfahrung ist die Summe der Fehler, die zu machen sich kein andere gefunden hat.
– L'expérience de la vie est la somme des erreurs que personne d'autre n'a trouvé le moyen de commettre.